Antisocial


Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
Tu masques ton visage en lisant ton journal,
Tu marches tel un robot dans les couloirs du métro.
Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas.
Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle.
Impossible d'avancer sans ton gilet pare-balles.
Tu voudrais donner des yeux à la justice
Impossible de violer cette femme pleine de vices.

Antisocial, tu perds ton sang-froid.
Repense à toutes ces années de service.
Antisocial, bientôt les années de sévices,
Enfin, le temps perdu qu'on ne rattrape plus.

Ecraser les gens est devenu ton passe-temps.
En les éclaboussant, tu deviens gênant.
Dans ton désespoir, il reste un peu d'espoir
Celui de voir les gens sans fard et moins bâtards.
Mais cesse de faire le point, serre plutôt les poings,
Bouge de ta retraite, ta conduite est trop parfaite
Relève la gueule, je suis là, t'es pas seul
Ceux qui hier t'enviaient, aujourd'hui te jugeraient.

Antisocial, tu perds ton sang-froid.
Repense à toutes ces années de service.
Antisocial, bientôt les années de sévices,
Enfin, le temps perdu qu'on ne rattrape plus.

Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
Tu masques ton visage en lisant ton journal,
Tu marches tel un robot dans les couloirs du métro.
Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas.
Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle.
Impossible d'avancer sans ton gilet pare-balles.
Tu voudrais donner des yeux à la justice
Impossible de violer cette femme pleine de vices.

Antisocial, antisocial, antisocial, antisocial...

La course aux richesses vous distrait   

"Sous l'ombre du Coran" Sayyid Qutb Rahimahullah

La course aux richesses vous distrait, jusqu'à ce que vous visitiez les tombes. Mais non!
 Vous saurez bientôt! (Encore une fois)! Vous saurez bientôt! Sûrement! Si vous saviez
de science certaine... Vous verrez, certes, la Fournaise. Puis, vous la verrez certes, avec
 l'oeil de certitude. Puis, assurément, vous serez interrogés, ce jour-là, sur les délices.
[Sourate At-Takatur 102:1-8]


Réveillez-vous frères et soeurs en Islam, et tenez compte de l'avertissement donné par
 cette sourate, avant qu'il ne soit trop tard.

Cette sourate a un rythme majestueux et impressionnant, comme si c'était la voix d'un
avertisseur, debout sur un endroit élevé et projetant sa voix qui porte avec une insistance
 lourde. Il appelle les gens qui s'endorment, qui sont ivres et désorientés. Des gens qui
approche un précipice avec leurs yeux fermés et leurs sentiments paralysés. Alors l'avertisseur
 élève le ton de sa voix au plus haut : La course aux richesses vous distrait, jusqu'à ce
que vous visitiez les tombes vous si ivre et désorienté ! Toi qui prends plaisir et te
permets la surenchère de la richesse, des enfants, des plaisirs de cette vie d'ici-bas que
 tu es sûr de quitter un jour. Toi qui es absorbé par ce que tu as, inconscient de ce qu'il y
 aura dans l'aù-delà. Toi qui quitteras l'objet de cette course et la fierté que tu y cherches,
 et ira dans un trou étroit dans lequel il n'y a ni course, ni orgueil !
Réveillez vous et regardez autour de vous, vous tous !
Car, en effet, La course aux richesses vous distrait, jusqu'à ce que vous visitiez les tombes.

Avec un rythme profond et grave, le Coran frappe alors leurs coeurs avec la terreur qui les
 attends une fois arrivés dans leur tombe : Mais non! Vous saurez bientôt!. Ensuite, il
répète la même chose, avec les mêmes mots et avec le même rythme ferme et terrifiant :
 Mais non! Vous saurez bientôt!. Puis, le Coran rajoute à la profondeur et à la crainte de
 cette assurance et fait allusion à la tombe future qui est étendue, la terrifiante essence
pour laquelle ils ne reconnaissent pas dans l'abondance de l'ivresse et la rivalité pour
les richesses matérielles.

Sûrement! Si vous saviez de science certaine...La phrase conditionnelle n'est pas achevée
dans le texte. Ceci est acceptable en tant que forme raffinée de la langue arabe. Cette
phrase s'ajoute au sentiment de crainte généré par la sourate. Ici, la déduction faite est
que s'ils avaient su ce qu'ils devaient savoir avec certitude, ils n'auraient pas céder à de
 telles courses pour des richesses si insignifiantes. Ensuite, la sourate révèle le fait
épouvantable qui a été retenu : Vous verrez, certes, la Fournaise

Après avoir mit l'accent sur la vue de la Fournaise, l'impact augmente, frappant le coeur
des gens : Puis, vous la verrez certes, avec l'oeil de certitude. Enfin, cela mets la dernière
 déclaration qui fait que le sobre ivre, le conscient engourdi, l'attentif désorienté et
l'indulgent à lui-même tremblent et ressentent de l'appréhension à l'indulgence dans leurs
 conforts et leurs plaisirs : Puis, assurément, vous serez interrogés, ce jour-là, sur les délices

Vous serez interrogés en ce qui concerne tous cela : Comment vous l'êtes vous procuré ?
 Comment avez vous fais pour le dépenser ? L'avez vous obtenu de façon légale et l'avez
 vous dépensé de façon légale ? ou plutôt de façon illégale et d'une manière haram ? Etait
 ce hallal ou haram ? Avez-vous prié et remercié Allah pour ces richesses ? Avez vous
donné aux pauvres leur dus ? En avez-vous donné un peu aux autres ? Ou avez-vous
 tout monopolisé pour vous-même ? Vous serez certainement interrogés sur votre course
 pour assembler et amasser les richesses, et sur les choses pour lesquelles vous vous êtes
 enorgueillis. C'est un fardeau auquel dans votre préoccupation et votre plaisir, vous ne
 pensez que très peu. Mais sur cela, reposent de très lourdes responsabilités.

C'est une sourate très significative, elle a un impact sur les sentiments de l'homme quant
à sa destination dans l'au-delà, l'homme attentif aux banalités de cette vie matérielle et à
 ses préoccupations insignifiantes qui font plaisir aux personnes qui ont l'esprit vide.

Cette sourate décrit cette vie d'ici-bas comme un clin d'oeil rapide à notre longue
existence : La course aux richesses vous distrait, jusqu'à ce que vous visitiez les tombes
Le clin d'oeil fugitif de cette vie, est déjà terminé et sa petite paupière déjà fermée. Par la
suite, le temps se déploie, prends plus d'envergure, et de même les fardeaux deviennent
aussi plus importants. Le style de la sourate produit cette conclusion, en achevant
 l'harmonie entre la réalité actuelle et la manière de l'exprimer.

A chaque fois, que l'être humain lit cette impressionnante et majestueuse sourate, il
 ressent son rythme qui voyage jusqu'en haut de l'espace au début, et qui descend
jusqu'en profondeur, niveau très profond, à la fin. Il ressent sur ses épaules le fardeau de
 cette vie qui passe comme un clin d'oeil, tandis qu'il marche lourdement sur cette route de
 la vie. Ensuite il commence à s'interroger sur les plus petites et les plus insignifiantes
de ses actions.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site